Les désastres naturels

Nous pouvons toutes et tous éviter d'empirer les choses en prenant soin de la nature et en choisissant des produits naturels plutôt que chimiques, notamment pour ce qui est des oreillers. Il existe de nombreuses solutions alternatives pour mieux dormir au naturel, comme utiliser des oreillers en sarrasin par exemple, compatibles avec une vie saine et naturelle.

Cela peut vous ntéresser

Tout commence avec les douleurs cervicales...

Vous avez des problèmes de cervicales, vous souffrez de manière chronique de douleurs lombaires, vous vous réveillez régulièrement avec une migraine, voire un torticolis ? Ou vous recherchez tout simplement un certain confort pour des nuits plus paisibles et souhaiteriez des informations sur l'oreiller sarrasin par exemple ? Vous êtes peut-être l’une des nombreuses victimes du syndrome du matraquage publicitaire ?

Il existe un oreiller, doté de plusieurs appellations telles que : oreiller anatomique, cervical, ergonomique, oreiller ostéopathique, à mémoire de forme… Utilisé de manière optimale, il peut vous rendre les nuits vraiment plus confortables. Il est en tout cas doté d’une très bonne réputation « thérapeutique ». Cependant, il ne vous sera d’aucune utilité si vous dormez sur le ventre ! Il ne vous reste qu’une solution, si tel est votre cas, celle de parvenir à un changement de votre position de sommeil. Sachez qu’il n’est pas aisé de s’y retrouver lorsque vient la décision de l’acheter, car il en existe tellement de modèles, de matériaux plus prometteurs les uns que les autres et de formats si variés que l’on a vite fait de s’y perdre. En outre, ne vous laissez pas berner par les publicités qui vous vantent les mérites d’un produit hors de prix.

Même si la qualité d’un article suppose en effet un certain prix de base, certains fabricants exagèrent largement leurs tarifs, sous couvert d’un discours pseudo scientifique. Méfiez-vous et privilégiez les conseils d’un spécialiste plutôt que ceux des marchands. Comment bien choisir son oreiller ergonomique, celui sur lequel on aura envie de déposer la tête en toute confiance comme un enfant le ferait avec son doudou ? Il s’agit de cibler celui qui répondra parfaitement à vos besoins.

Voici pour vous quelques conseils pour bien choisir votre oreiller ergonomique

Densité

Pour un meilleur confort de vos nuits, il est conseillé par les spécialistes de choisir un oreiller dont la densité sera au moins de 50 kg par m3. En effet, une densité trop faible signifie que l’oreiller s’usera beaucoup trop vite et ne remplira pas son rôle de soutien de la nuque. Tandis qu’une trop forte densité sera tout simplement inconfortable.

Epaisseur ou hauteur de l’oreiller

Tout d’abord, cela peut paraître une évidence, mais on peut parfois oublier justement ce qui est le plus basique : l’oreiller ne doit être ni trop fin ni trop épais. Sa hauteur, en fait, doit venir s’adapter parfaitement à votre morphologie et épouser la courbe de votre nuque, tête et épaule. Il est donc conseillé de choisir la hauteur correspondant à votre stature.

En résumé, si vous portez des vêtements de taille S, vous prendrez l’épaisseur la plus petite tandis que si vous portez du XL, vous aurez plutôt intérêt à choisir une épaisseur XL également  Dans le doute, prenez-en un qui soit en forme de vague, ce qui signifie qu’il présentera deux hauteurs différentes, ce qui vous permettra de l’ajuster à votre positionnement, vos différentes positions adoptées au cours de la nuit et même s’adaptera à l’usure.

Oreiller à mémoire de forme

Ensuite, il existe des oreillers à mémoire de forme, à savoir qu’ainsi ils s’adaptent à vos cervicales car ils se retrouvent moulés par le poids et la chaleur et épousent ainsi parfaitement vos courbes, et ce même durant les changements de position.

Comme ils absorbent les chocs, vous ne vous trouverez même pas réveillés, et ce même durant un voyage. Enfin, il existe sur le marché des oreillers gonflables et des oreillers à eau, ce qui permet un ajustement impeccable et ceci est vivement conseillé, bien évidemment, en cas d’hypersensibilité de la nuque. Mais nous verrons que les oreillers à eau sont assez fragiles et que leur durée de vie est relativement courte.

Les changements de positions

L’oreiller ergonomique doit remplir la délicate tache de pouvoir suivre les multiples changements de position du dormeur au cours d’une nuit. Il existe pour cela deux options : soit vous vous équipez d’un oreiller cervical qui dispose de zones différenciées, les zones les plus basses étant adaptées au couchage sur le dos tandis que les zones les plus hautes sont celles de la position latérale ; ou alors vous optez pour un oreiller cervical qui est constitué de renforts de chaque côté, ceci afin de bien caler la tête/nuque et vous éviter de bouger de trop durant la nuit.

Synergie oreiller/matelas

Eh oui, il s’agit ici de nouveau d’une évidence… que l’on peut perdre de vue si l’on se focalise uniquement sur l’achat de l’oreiller et que l’on oublie d’étudier le contexte d’utilisation de l’objet : l’oreiller doit, en effet, s’adapter au matelas. En effet, si le matelas s’enfonce au fil du temps, il faut alors prévoir une plus grande épaisseur de l’oreiller pour venir compenser le décalage.

Quelques conseils pratiques :

Attention au choix du matériau : certains provoquent une accumulation de chaleur, laquelle vous fera transpirer et perturbera de ce fait la qualité de votre sommeil. Privilégiez les matières aérées telles que le latex ou la balle d’épeautre.

Pensez à renouveler régulièrement votre oreiller. En effet, tout comme un oreiller classique, l’oreiller ergonomique subit l’usure du temps et la poussière. Il s’agit d’un équipement à changer de temps à autre, tout comme on le ferait pour un matelas.

Prévoyez une période d’adaptation à l’utilisation de ce nouvel oreiller. Même s’il est confortable, lorsque l’on n’y est pas habitué, du fait de sa morphologie en forme de vague, son utilisation peut dérouter dans les premiers temps. C’est ce qui explique que l’on retrouve tellement d’oreillers ergonomiques en vente sur les sites d’occasion alors qu’ils sont encore neufs, car la personne a pensé qu’il ne lui était pas adapté alors qu’il aurait s’agit de faire preuve d’un peu de patience. Comme tout équipement, il y a un temps d’adaptation nécessaire et inévitable. Il vous faudra plusieurs nuits afin que l’adaptation se fasse : vous allez vous habituer à votre oreiller tandis que votre oreiller s’habituera lui aussi à vos courbes.



Enfin, la fermeté ou le moelleux de l’oreiller n’est qu’une question de goût personnel et n’aura aucune incidence sur le bon fonctionnement ou non de votre oreiller au niveau « thérapeutique ». Quelques options que je qualifierais de fantaisiste viennent également parfaire la gamme : vous pourrez ainsi vous faire plaisir en choisissant un oreiller bio ou anti-ronflement (dont j’ignore - pour ne l’avoir encore pas testé sur mon ronfleur de mari – s’il répond à ses promesses, mais je dois avouer être un peu sceptique sur la question…)

En conclusion, si vous souffrez de maux tels que cervicalgies ou autres douleurs du dos, adressez-vous en premier lieu à un spécialiste du dos afin de solliciter son diagnostique complet. C’est lui qui vous dirigera dans le choix (difficile autrement) ainsi que l’usage de votre oreiller ergonomique. A condition que vous respectiez l’avis de ce professionnel de santé, alors vous pourrez récupérez des nuits sereines qui contribueront à soulager votre colonne vertébrale grâce à l’alignement tête/nuque/épaules : une fois les muscles bien détendus, la respiration se fera plus naturelle et la circulation du sang plus fluide. Car de l’usage d’un bon oreiller, tout comme de celui d’une bonne literie, dépend votre santé, tout autant qu’une bonne alimentation, une bonne hygiène de vie ou la pratique sportive. Vous vous sentirez enfin frais et dispo au réveil, prêt à croquer de nouveau la vie, sans les douleurs. Faites de beaux rêves !

Sondage

Avec un bon oreiller...

- On dort mieux
- On se réveille sans douleur
- On détend tous les muscles de son corps
- On préserve ses cervicales